Le VISA B1/B2 pour tourisme ou affaires

Dans le cas où vous avez l’intention de séjourner aux États-Unis pour des vacances ou un voyage d’affaires, vous devrez considérer l’obtention d’un visa de type B. Le visa B est en effet destiné aux ressortissants étrangers non-immigrants qui comptent effectuer un court séjour en territoire Américain. Ce billet vous permettra d’en savoir plus et si vous y êtes éligible.

Les variances du visa B

Le système de visa B octroie trois types d’autorisations de voyage aux non-immigrants, ressortissants de pays non bénéficiaires du programme d’exemption de visa Waiwer.

Le visa B1

Il s’agit d’un visa de court séjour destiné aux voyages d’affaires sur le territoire Américain. Le demandeur ou titulaire d’un visa B1 peut entreprendre aux États-Unis, l’une des activités suivantes :

  • Assister à des congrès ou conférences d’affaires,
  • S’entretenir et consulter des partenaires commerciaux,
  • Faire passer des entretiens et embaucher du personnel,
  • Négocier des contrats, acheter des biens ou des matériaux,
  • Entreprendre des recherches indépendantes, des études de marché, etc.

En dépit des avantages qu’offre ce type de visa, vous ne pourrez néanmoins pas effectuer une quelconque activité professionnelle pour rémunération ni percevoir de l’argent d’une entreprise américaine ou un tiers pendant la durée du séjour.

Le visa B2

Le titre de séjour B2 ou visa de visiteur s’adresse aux touristes, à la famille en visite et aux voyageurs en quête d’assistance médicale. De ce fait, un tel permis d’entrée sur le territoire permettra aux titulaires de :

  • Visiter des amis ou des parents,
  • Découvrir autant de villes et monuments qu’il vous sera donné,
  • Suivre un traitement médical,
  • Participer à des évènements caritatifs ou sociaux, des conférences et autres regroupements, etc.

Si cette autorisation est délivrée, elle ne permet toutefois pas les visites dans le but de travailler contre rémunération.

Le visa B1/B2

Comme de nombreux entrepreneurs et businessman, se déplacer pour un voyage d’affaires implique aussi de profiter des commodités du pays même pour un séjour temporaire. Le visa B1/B2 est une autorisation de type vacances-travail qui met à profit les avantages des deux premiers visas.

Vous pourrez de ce fait :

  • Embaucher et licencier du personnel,
  • Mener des études de marché,
  • Assister ou intervenir à des réunions d’affaires, investissements ou négociations,
  • Visitez votre famille, vos amis,
  • Vous amusez,
  • Bénéficier de soins médicaux, etc.

Bien que vous puissiez effectuer une flopée d’activités avec le visa d’entrée B1/B2, ce sésame a quelques restrictions.

L’obtention d’un visa B

Il est facile de faire une demande de visa de court séjour B1/B2, du moins par rapport à la plupart des autres types de visas pour entrer sur le territoire Américain.

La requête d’un visa touristique ou d’affaires B peut se faire en ligne en vous acquittant de formalités comme remplir un formulaire de demande de visa (le DS-160), disponible sur le site ‟https://ceac.state.gov/GenNIV/Default.aspx” ou de façon physique. Il faudra ensuite vous acquitter de frais de visa à hauteur 120 €.

La principale condition qui sursoit l’obtention d’un tel permis est la garantie que vous ne comptez ni immigrer ni vous établir de façon permanente aux États-Unis. De ce fait, vous serez amené à fournir les justificatifs nécessaires comme un contrat de travail ou un livret de mariage qui vous rattache à votre lieu de provenance.

Demander un visa implique généralement un entretien. Pour vous y préparer, apportez tous les documents jugés nécessaires sans oublier votre passeport en cours de validité. Vous pourrez aussi le faire en ligne via le site ; http://www.usvisa-france.com, ou contactez le 08 10 26 46 26.

Au cours de l’entretien, il est important de ne pas donner de fausses informations au risque de vous faire interdire de façon permanente l’acquisition d’un permis de séjour.

Si vous réussissez, vous obtiendrez un visa B1/B2 pour une durée de validité de six mois extensible à 1 an. En fonction de votre situation, il est possible de bénéficier d’une prolongation allant jusqu’à 10 ans.