Cuba un cas particulier

Autrefois impossible, le fait de transiter des États-Unis vers Cuba est devenu aujourd’hui une réalité grâce aux relations qui s’améliorent entre les deux parties. En effet, l’embargo total instauré par la Maison Blanche envers le peuple Cubain depuis plus d’un demi-siècle est en train d’être levé, une loi après l’autre.

Cette levée de l’embargo contre Cuba favorise donc les possibilités d’échanges commerciaux (produits alimentaires et ressources naturelles surtout) tout comme celle de permettre aux ressortissants américains de se rendre sur la belle île par le biais de certaines compagnies américaines.

Ce qu’il faut retenir de l’histoire de l’embargo cubain

Avant 1958, les USA avaient trouvé en Cuba, un allié politique comme commercial de taille dont les relations étaient consolidées par l’affranchissement de l’île, anciennement colonie espagnole. Malheureusement, les liens se sont ternis à partir de 1960, date à laquelle les États-Unis ont imposé un embargo commercial sévère contre Cuba. L’arrivée de Fidel Castro au pouvoir et la promotion du régime castriste envenimera la situation.

Le blocus s’est consolidé après que Cuba ait nationalisé les raffineries de sites pétroliers appartenant aux Américains et établit des accords avec la Russie. Dans le cadre de cet embargo et surtout en raison des sanctions américaines prononcées au niveau économique, l’entrée sur le territoire cubain des Américains était donc limitée, voire interdite par voie aérienne.

Il était aussi techniquement illégal pour les entreprises américaines d’effectuer des transactions à Cuba.

Une approche de solution bancale

En mars 1977, l’administration américaine Carter annonce la levée des sanctions contre Cuba sur les voyages en délivrant une licence pour faciliter les transactions (exportation, importation, etc.). Les vols directs ont également été autorisés afin d’arriver à une certaine normalisation des relations.

Cependant, de nouvelles sanctions économiques contre Cuba ont été imposées sous le ‟règne” de Reagan pour les voyages touristiques ou d’affaires.

 Entre 2000 et 2010, se voient succéder des séries de lois portant amélioration ou restrictions des déplacements et échanges avec Cuba.

La fin de l’embargo ?

 Ce n’est que sous l’administration Obama que de vrais changements sont opérés en matière de politique internationale. Une fois l’annonce de l’amélioration des relations diplomatiques entre les deux puissances officialisées par leur président respectif, les effets du relâchement et de la normalisation sont immédiats.

En attestent des millions d’entrées vers l’île l’année qui suit ainsi que l’afflux de nombreux investisseurs américains.

Nouveau revirement

Malheureusement, avec l’actuel président américain en place qui abrogea en 2017 à travers des sanctions internationales, les voyages de personne à personne, les relations semblent se tendre de nouveau. En 2019, le président Trump publie une nouvelle réglementation sur les voyages qui interdit les échanges maritimes.

 Bien que le voyage vers Cuba de personne à personne ne soit plus possible, 12 autres catégories de visa permettront de vous rendre à Cuba. Certains déplacements diplomatiques sont aussi facilités. En espérant une éventuelle levée définitive des restrictions les années à venir, il est indéniable que cela améliorera grandement la situation économique des deux parties.

 Le ferry de Miami à LA HAVANE

Il était initialement prévu qu’au moment du lancement du service de ferry en 2015, il y aurait une liaison vers La Havane à partir d’au moins deux destinations en Floride (Port Everglades et Key West). Miami, Tampa, Port Manatee et Saint-Pétersbourg étaient d’autres points de départ envisagés par les compagnies de ferries.

Les ports de Cuba pour le service de ferries américains comprenaient la ville portuaire de Santiago, sur la côte sud, ainsi que La Havane.

Depuis la mise en œuvre en juin 2019 des restrictions de voyage à Cuba, avec interdiction aux touristes des programmes ‟people-to-people” et l’usage des ferries, tout déplacement vers La Havane par voie maritime a été suspendu pour une durée indéterminée.

A ce jour, moins d’Américains peuvent visiter Cuba et les passagers voyageant des États-Unis n’ont actuellement que la possibilité de transiter par avion ; rapide, mais plus onéreux.