L’entrée aux États-Unis

Après avoir validé et réussi l’étape des formalités pour l’obtention de votre visa de travail ou votre autorisation de voyage électronique ESTA, vous n’avez plus qu’une hâte ; franchir les portes d’entrée le territoire américain, qui est plein de promesses. Cependant, un visa ne garantit pas l’entrée aux États-Unis. Il est donc important de disposer de toutes les pièces obligatoires et répondre à tous les critères en vigueur pour ne pas vous voir refuser l’accès.

 Peut-on vous interdire l’entrée sur le sol américain ?

Les agents du ministère de la sécurité intérieure et du service des douanes et de la protection des frontières sont les seuls à accorder ou refuser l’entrée effective des ressortissants de pays étrangers sur le territoire américain. En effet, selon la législation américaine, toutes les personnes mêmes avec un visa peuvent être interdites d’entrée.

Avec le renforcement et la mise en place de nouvelles normes de sécurité aux frontières sous l’administration Trump, l’époque où l’accès aux États-Unis était facile est révolue. L’interdiction de séjour touche de nombreuses personnes. Les détails de votre refus sont importants et peuvent faire la différence.

Des raisons de refus

Selon le site officiel du ministère de la sécurité intérieure, les ressortissants étrangers peuvent se voir refuser l’entrée même avec toute la documentation nécessaire pour les raisons suivantes :

·         Avoir déjà travaillé illégalement sur le sol américain,

·         Être suspecté de ne pas respecter la durée de validité du visa court séjour,

·         Des suspicions de liens avec des organisations criminelles ou terroristes,

·         Avoir déjà dépassé la durée du séjour antérieur aux États-Unis,

·         Avoir un casier judiciaire,

·         Une insuffisance concernant les finances pour subvenir à vos besoins,

·         Être porteur d’une ‟maladie transmissible” ou d’un ‟trouble” constituant une menace pour vous ou autrui.

Il est rare de se voir refuser l’entrée aux États-Unis en raison de problèmes d’antécédents criminels. Toutefois, un refus antérieur est un motif suffisant pour une interdiction d’entrée future.

Conseils

Se faire interdire l’entrée lors du passage à l’immigration surtout après un long vol peut être embarrassant et gênant. La frustration pourrait vous pousser à des extrêmes avec les autorités américaines. Dans le cas où l’on vous refuse l’entrée aux États-Unis, ne discutez pas et essayez de garder votre calme. Assurez-vous d’avoir en main votre passeport en cours de validité et vos autres documents importants.

Si vous pouvez éviter que votre dossier soit officiellement refusé, cela vous sera bénéfique à long terme. Posez des questions de suivi et prenez des notes. Demandez d’abord à appeler un avocat si possible.

Dans le cas où vous essayez d’entrer sur le territoire avec un visa, sachez que vous pouvez insister pour que votre dossier soit examiné par un juge. Toutefois, si vous vous y rendez avec un e-visa ESTA dans le cadre du programme d’exemption de visa, vous ‟renoncez à tout droit de révision ou d’appel de la décision d’un agent de l’immigration quant à votre admissibilité ”.

Si vous le pouvez, envisagez de rentrer chez vous en prenant un billet retour. Consulter un avocat américain spécialisé dans les questions d’immigration, effectuer une nouvelle demande. Contactez votre compagnie aérienne pour obtenir le remboursement de votre billet d’avion si possible.

 Le voyage aux États-Unis peut être envisagé le cas échéant pour votre prochaine entrée, par voie terrestre en transitant par le territoire canadien par exemple si vous avez l’AVE correspondante.

Dans le cas où vous êtes admis, vous pourrez y séjourner suivant la durée de validité de votre titre de séjour ou devenir détenteur d’une carte de séjour pour résident permanent afin d’y travailler.