L’ESTA n’est pas un Visa

L’Electronic System for Travel Authorization ou l’ESTA est un document destiné aux ressortissants des pays étrangers dont les États bénéficient du programme d’exemption au Visa et qui leur permet de passer un court séjour aux USA. Dans le souci de mieux renforcer la sécurité au niveau des frontières et à l’intérieur du pays, il a été mis sur pied par les autorités américaines un système de renseignement qui leur permet de bien contrôler les entrées et les sorties sur le territoire.

En disposant de votre ESTA, vous n’aurez plus besoin d’obtenir un visa. Et même à toute première vue, le fait que cette autorisation de voyage ressemble beaucoup au Visa crée auprès des non-initiés des confusions liées à la pratique du système. Voici un point sur quelques différences entre ces systèmes.   

Bénéficiaires de l’ESTA : uniquement les ressortissants des 37 pays du programme

Pour commencer, il est important de savoir que l’ESTA ne peut qu’être utilisé pour vous rendre aux USA même si l’Australie avait aussi par le passé mis en place un système similaire dénommé l’ETA. Dans tous les cas, la présentation d’un passeport en cours de validité est toujours exigée.

En plus, ce système est uniquement adressé aux 37 États qui bénéficient de ce programme d’exemption de visa dont les pays de l’Europe du Nord et de l’ouest, mais également le Japon, le Chili ou la Nouvelle-Zélande.   

Ainsi, la plus grande erreur serait de croire que l’ESTA pourrait simplement se substituer au Visa si vous êtes un ressortissant bénéficiant de ce programme. Vous devez savoir que la réalité est tout autre. Avec une telle autorisation, vous aurez seulement la possibilité de voyager vers les USA avec un droit de séjour de 90 jours maximum. Vous n’aurez pas besoin d’un Visa de tourisme ou d’un Visa d’affaires.  

Néanmoins, bien avant d’effectuer votre voyage, il vous sera demandé en tant que voyageur de remplir le formulaire en ligne nommé ESTA pour vous permettre de vous enregistrer auprès des autorités américaines sous le contrôle du gouvernement américain. Une telle démarche se veut avant tout être sécuritaire. Elle permet aux autorités d’avoir grâce à son caractère ponctuel une bonne traçabilité des entrées et sorties sur le territoire américain.   

Rôle de l’ESTA : outil de contrôle limitant la durée de séjour 

Contrairement aux différents types de Visas disponibles, seul l’ESTA donne la possibilité aux autorités américaines plus précisément au service de l’immigration de vérifier au préalable la personne qui souhaite se rendre aux USA ainsi que les motifs de son voyage. Il est aussi recommandé aux voyageurs de faire une demande d’ESTA au moins 72 heures avant votre voyage.       

Très souvent, la réponse est donnée dans les minutes qui suivent. Néanmoins, il existe des demandes qui demandent que le service de l’immigration fasse certaines vérifications pour vous permettre d’entrer sur le territoire. Ce qui n’est pas sans conséquence sur les professionnels comme les journalistes qui devront très vite se déplacer et souvent de manière imprévue.  

En plus, l’ESTA avec sa durabilité de seulement 90 jours ne pourra être demandé par une certaine catégorie de personnes qui devront passer plus de 90 jours dans le cadre de leur mission par exemple.

En réalité, certains professionnels amenés à effectuer de long séjour tels que les ingénieurs français invités ou affectés à travailler durant six mois ou mieux encore les étudiants amenés à rester sur place pendant une durée de dix jusqu’à douze mois, ne pourront rester sur le territoire américain avec le formulaire ESTA.    

Pour ce genre déplacement, l’idéal serait de demander un visa. Ceci est même obligatoire. Or la demande de Visa coûte cher. Pour avoir un Visa stagiaire par exemple, il faudra débourser entre 1000 et 1500 €.

Ceci vaut aussi bien pour les ressortissants français que pour les ressortissants des autres pays. Assurez-vous de bien remplir les formalités et de disposer d’un passeport valide pour ne pas être obligé de faire très tôt usage de votre billet retour.